Dans un article publié sur son blog destiné aux webmasters, Google met en avant les bonnes pratiques pour suspendre son activité en ligne pendant la crise du coronavirus.

 

La crise du coronavirus a poussé bon nombre d’entreprises à mettre leur activité en suspens. Afin de limiter les effets négatifs de cette interruption dans la recherche Google, le géant américain propose plusieurs recommandations. Tout d’abord pour les sites internet dont l’activité peut être poursuivie en ligne, Google recommande de mettre à jour l’ensemble des fiches produits, mais surtout de limiter les fonctionnalités du site. Par exemple, il sera important de préciser des informations à propos des stocks disponibles pour limiter les effets négatifs dans la Recherche Google.

 

Les bonnes pratiques recommandées par Google pour limiter les fonctionnalités de son site

 

Google propose donc en tant que bonnes pratiques de :

 

  • désactiver la fonctionnalité panier : il précise que cela ne changera rien à la visibilité du site dans la Recherche.
  • dire à ses consommateurs ce qu’il va se passer : Google recommande de mettre en place une bannière ou popup d’information appropriée pour signifier l’ensemble des changements liés à la situation (délais de livraison, options de livraison, etc.).
  • mettre à jour ses données structurées : cela permet de s’assurer que les informations présentes sont bien en adéquation avec la situation.
  • Contrôler son flux Merchant Center : si vous utilisez cet outil.
  • Avertir Google des mises à jour de votre site web : sur la Search Console et/ou grâce à un sitemap.

 

Fonctionnalités du site web

 

Google recommande de ne pas désactiver le site entièrement

 

Désactiver et mettre son site web hors ligne peut avoir de lourdes conséquences sur sa présence dans la recherche Google. Google qualifie cela de « mesure extrême » qui doit être prise sur une très courte période (quelques jours). Toutefois, le géant de la Mountain View rappelle que ce n’est pas parce que la vente en ligne n’est pas possible sur votre site web actuellement que les utilisateurs ne rechercheront pas d’informations à propos de vos produits. De ce point de vue, Google recommande uniquement de limiter les fonctionnalités de votre site et non pas de le désactiver. Toutefois, pour les personnes souhaitant le désactiver malgré tout, Google propose quelques recommandations :

 

  • Dans le cas où vous souhaitez désactiver votre site pour un ou deux jours, il faudra mettre en place une page au code 503 HTTP.
  • Dans le cas où vous souhaitez désactiver votre site pour une période plus longue, Google recommande de mettre en avant un espace réservé en guise de page d’accueil indexable utilisant un code 200 HTTP.
  • Enfin, dans le cas où vous souhaitez rapidement retirer votre site de la Recherche de Google, il existe la possibilité de le faire directement depuis la Search Console dans l’outil de suppression.

 

Dans ce cas, Google préconise de procéder avec précaution en considérant l’ensemble des paramètres qui vous permettront de juger bon ou non de désactiver votre site web, même temporairement.

 

Pour plus d’informations à ce sujet, Google propose de consulter sa documentation à destination des développeurs.

Google a mis à jour son système de gestion des messages envoyés aux webmasters et a introduit la possibilité de gérer la présence de Search Console dans les SERP comme le partage Abondance.

Il est désormais possible d’accéder à des fonctionnalités supplémentaires pour la gestion de l’interface de Search Console. En effet, Google a ajouté un pictogramme dans le menu hébergeant les notifications. Ce pictogramme désigne les « Paramètres Utilisateur ». Il donne accès à deux options :

 

    • Gérer ses préférences relatives aux e-mails : il est courant de recevoir des e-mails en provenance de la Search Console pour signifier des problèmes détectés sur votre site web, ou encore des rapports de performances mensuels. Avec cette fonctionnalité, il sera possible de choisir si vous souhaitez rester abonné ou vous désabonnez pour chaque type d’e-mail en modifiant son état.

 

    • Gérer la présence de Search Console dans les résultats de recherche : lorsque vous êtes connecté sur votre compte Google lié à la propriété de votre site sur Search Console, certaines données apparaissent directement dans les pages de résultats des moteurs de recherche. Il est désormais possible de gérer cet affichage. Cette option vous permet d’activer ou désactiver cette possibilité pour l’ensemble de vos propriétés ou bien de choisir pour chaque propriété.

 

En somme, pas de révolution de la part de Google, toutefois, il s’agit là de fonctionnalités utiles pour les propriétaires de sites internet.

John Mueller s’est récemment confié au sujet du temps de chargement des pages durant un hangout comme l’a révélé le site SERoundtable relayé par Abondance. Si la vitesse d’un chargement d’un site n’influe pas sur le classement dans les SERP, elle pourrait devenir un véritable critère à l’avenir.

Lors de la création de site internet, le travail autour du temps de chargement de ses pages web a pour vocation d’améliorer l’expérience utilisateur, mais également faciliter le crawl de ces mêmes pages pour les robots des moteurs de recherche. Si depuis plusieurs mois, Google attache une importance toute particulière à la durée de chargement des sites web, cette durée ne constitue pas un critère de classement à proprement parler.

Comme le souligne Abondance, il a été rappelé à Mueller que le temps de chargement était impactant pour les sites très lents alors qu’il ne l’était pas forcément pour les sites rapides en termes de classement. Cette remarque a abouti à une interrogation sur la validité de cette affirmation et les perspectives d’évolution. Une interrogation à laquelle Mueller a répondu par l’idée le travail du temps de chargement constituait une perte de temps pour un site au chargement acceptable.

 

Le temps de chargement critère de pertinence face à l’émergence du Mobile First ?

 

Toutefois, il affirme que les sites très rapides peuvent recevoir un « boost » en termes de classement en partant du fait que si certains vont être pénalisés, d’autres seront récompensés. Mueller déclare également, du fait des sites mobiles, que l’approche de Google pourrait évoluer au sujet de la vitesse de chargement.

En d’autres termes, l’émergence du Mobile First depuis plusieurs mois chez Google pourrait entraîner un changement au niveau de la considération de la vitesse de chargement. S’il ne constitue qu’un critère permettant d’améliorer l’expérience utilisateur et le parcours des robots sur le site (ce qui n’est pas rien), le temps de chargement pourrait devenir un critère de pertinence à l’avenir. Ceci signifierait que le temps de chargement influerait sur le classement des pages dans les résultats des moteurs de recherche.

En attendant, il est fortement conseillé de présenter une durée de chargement raisonnable, ne serait-ce que pour conserver les utilisateurs sur son site.

 

La page d’accueil d’un site internet possède un rôle central. Non seulement elle constitue la porte d’entrée du site web, mais elle a pour objectif de véhiculer un certain nombre d’informations, sans encombrer la lecture du site. De plus, en termes de SEO, la page d’accueil est généralement celle qui possède le plus de poids, c’est pourquoi il est important de soigner son contenu.

Lorsqu’il s’agit de mettre en place une stratégie de référencement naturel sur un site internet, il existe un principe qui stipule que chaque page doit correspondre à un mot-clé travaillé. La particularité d’une page d’accueil réside dans le fait qu’au-delà du référencement, elle répond à des besoins marketing plus larges.

Il est donc difficile d’envisager de mettre en place une page d’accueil chargée de texte optimisé : elle se doit d’être synthétique, pertinente et attractive pour l’utilisateur. Toutefois, il serait dommage de se priver du potentiel d’une page d’accueil optimisée, de part le poids qu’elle représente parmi l’ensemble des pages du site, notamment.

En somme, mettre en place une page d’accueil optimisée pour le référencement n’est pas impossible, mais il va falloir le faire de manière agile.

 

Page d’accueil : un rôle central au sein du site

 

La page d’accueil est souvent celle qui est parcourue en première par les robots des moteurs de recherche. C’est également (généralement) elle qui va posséder le plus d’autorité de domaine et accumulé le plus de liens entrants sur le site. Elle présente donc un fort potentiel en termes de référencement naturel.

Toutefois, la page d’accueil est avant tout la porte d’entrée du site web pour les utilisateurs et doit donc être pensée pour eux, avant toute chose.

Les objectifs de la page d’accueil

 

À ce titre, la page d’accueil d’un site web répond à de nombreux objectifs. C’est pourquoi, elle présente une importance capitale dans la création de site internet.

 

    • Objectif n°1 : Présenter l’objectif du site et identifier sa sourceLorsque l’on arrive sur l’accueil d’un site internet, il est indispensable que le motif du site soit identifiable immédiatement. En effet, il est essentiel d’identifier quel est le rôle du site, à qui il s’adresse ou encore qui en est à l’origine de façon quasi-instantanée. Par ailleurs, le site doit rassembler l’ensemble des informations essentielles qui permettent d’identifier les services ou produits proposés ainsi que leurs spécificités. L’aspect visuel est également très important et va permettre d’identifier le type de site internet auquel votre site web correspond.

 

    • Objectif n°2 : Organiser le contenu du site et la navigationLa page d’accueil est également une sorte de portail de votre site qui va permettre d’accéder à l’ensemble de votre contenu. Elle est une porte d’entrée et doit donc faciliter l’accès à votre contenu principal.De manière générale, les liens internes depuis la page d’accueil permettent de transférer un jus de lien intéressant aux pages liées. C’est pourquoi, il est important de favoriser la mise en place de liens vers vos pages principales définies durant l’établissement de votre arborescence.Qu’il s’agisse d’un site vitrine, d’un site d’actualité, ou bien d’un site e-commerce, votre contenu doit être hiérarchisé. C’est le rôle de la page d’accueil de mettre en avant le contenu principal aux dépens du contenu secondaire pour faciliter la navigation de l’utilisateur, mais également pour l’inciter à consulter des contenus définis pour lui.

 

    • Objectif n°3 : Susciter l’intérêt de l’utilisateur cibleLa page d’accueil d’un site web est le lieu de la première interaction entre vous et votre utilisateur. Elle ne doit pas le décevoir. Que ce soit en termes de contenu ou bien d’expérience utilisateur, la page doit être travaillé pour que l’utilisateur se retrouve au sein de la page.En ce sens, il est important de travailler votre contenu en fonction de votre cible afin de susciter son intérêt. Le contenu présenté doit être clair, répondre aux besoins de l’utilisateur et amené de façon intuitive via une expérience utilisateur sans faille.La page d’accueil est une première étape dans la navigation pour pousser l’utilisateur à consulter vos contenus pour potentiellement faire appel à vous. Il est indispensable qu’elle ne constitue pas un barrage.

 

    • Objectif n°4 : Définir des parcours de conversionLors de la conception de sa page d’accueil, il est important de réfléchir à la manière dont vous allez amener vos utilisateurs cibles vers vos pages de conversion. C’est pourquoi, il va falloir définir des parcours de conversion sur votre site internet.Dans tous les cas, il est indispensable que votre page d’accueil offre la possibilité aux utilisateurs de vous contacter, que ce soit par mail, par téléphone, ou bien par un formulaire de contact. À ce niveau, la mise en place de boutons d’appel à action doit être appliquée sur votre page d’accueil.

 

 

La construction de la page d’accueil

 

La construction de la page d’accueil de son site va fortement être influencée par les objectifs que nous venons de citer, mais également par le type du site web présenté. Que ce soit visuellement ou bien dans son contenu, la page d’accueil doit être construite pour l’utilisateur avec, entre autres, des éléments indispensables à sa lisibilité :

 

  • le logo de votre entreprise ou organisation,
  • un menu de navigation entre vos pages,
  • des titres hn,
  • des boutons d’actions,
  • des liens internes vers vos pages principales,
  • vos coordonnées.

 

Ces éléments constituent des points de repères pour les utilisateurs. Il est toutefois possible de venir agrémenter sa page d’éléments facultatifs, mais qui apporteront une plus-value. Attention à ne pas surcharger votre page, toutefois.

 

Optimiser sa page d'accueil pour le SEO

 

Gérer l’optimisation de sa page d’accueil

 

Ainsi, vous l’aurez compris : optimiser sa page d’accueil pour le référencement naturel n’est pas chose aisée. Toutefois, il existe des techniques qui vont vous permettre d’arriver à vos fins, sans enrayer le message que vous souhaitez faire passer.

 

Définir ses mots-clés dans les titres

 

Comme chaque page, la page d’accueil n’échappe pas à la règle : une page correspond à un mot-clé travaillé. Il faut également tenir compte du fait que cette page est destinée à présenter une information générale au sujet de votre entreprise. Il va être possible d’y aborder des thématiques qui concentreront des pages entières sur votre site.

Il est donc recommandé de travailler un mot-clé généraliste sur votre page d’accueil. Le type d’entreprise qui vous correspond ou bien votre service principal peut constituer une bonne base de travail. Dans tous les cas, le champ doit être suffisamment ouvert pour englober l’ensemble des informations présentes sur votre page d’accueil.

Exemples : « entreprise de plaquisterie« , « ouverture de portes« , « agence de communication« , etc.

Afin de mettre en avant votre mot-clé principal, vous allez pouvoir utiliser la hiérarchisation du contenu grâce au balisage hn. Nous ne nous attarderons pas ici sur d’autres critères comme la balise title qui seront, bien entendu, à travailler.

Ainsi, il est fortement recommandé de placer votre mot-clé principal dans une balise de type h1. Elle correspond au titre de la page et peut-être placée à la suite du nom de votre entreprise. En revanche, ce dernier ne constitue pas nécessairement le titre principal, mais il peut y figurer.

 

Ajouter du texte sans encombrer sa page

 

Que serait l’optimisation SEO sans rédaction web optimisée ? Ici, la tâche s’annonce plus difficile sur une page d’accueil. En effet, il est important de ne pas noyer le propos au sein de paragraphes optimisés et rédigés uniquement pour améliorer sa visibilité dans les résultats des moteurs de recherche.

Il va être possible d’ajouter du texte optimisé, mais cela devra être fait avec parcimonie, et de façon habile. Il existe plusieurs façons d’ajouter du texte sans encombrer une page. Toutefois, il est interdit de le cacher aux utilisateurs ou aux moteurs de recherche, il doit toujours être accessible.

Pour ce faire, ajouter des accordéons pour répondre aux questions fréquemment posées peut permettre d’ajouter du texte sans pour autant que celui-ci rallonge la page. Par ailleurs, mettre en place des modals pour apporter un contenu enrichi à destination des utilisateurs à la recherche d’informations complémentaires peut également être une solution pour ajouter du texte optimisé. Enfin, les carousels permettent également d’ajouter du texte, sans pour autant noyer son contenu principal.

Toutefois, il faudra veiller, quelle que soit la technique mise en place, à ce qu’il s’agisse bien de code HTML lisible pour les robots des moteurs de recherche. Il existe de nombreuses possibilités en JavaScript qui ne seront toutefois pas accessibles aux robots des moteurs de recherche et qu’il faudra donc éviter.

Répondre à la consigne d’E-A-T prônée par Google

 

Enfin, mettre en place une page d’accueil optimisée pour le référencement naturel, c’est aussi l’occasion de travailler les critères d’E-A-T : Expertise – Autorité – Fiabilité (Trust). Pour cela, il peut être intéressant de mettre en place des modules d’avis ou autres témoignages de clients permettant de travailler votre réputation en ligne.

Aussi, présenter votre équipe directement en page d’accueil permet d’identifier rapidement qui est à l’origine du contenu qui va être créé sur le site web. Google est particulièrement attentif à ce type d’informations.

En effet, plus votre contenu sera riche, crédible et appuyé par des références, plus il aura de chances de bien figurer au sein des résultats de recherche.

 

Optimiser sa page d'accueil pour le SEO

 

Conclusion

 

Pour conclure, mettre en place une page d’accueil optimisée pour le référencement naturel n’est pas chose aisée. En effet, elle possède un rôle majeur au sein du site web et répond à de nombreuses fonctions. C’est pourquoi, il est particulièrement difficile d’y introduire du contenu créé pour le référencement uniquement tant les enjeux y sont grands.

Toutefois, il existe différentes techniques qui vont permettre de l’optimiser de manière subtile sans entraver sa lisibilité et sa compréhension, que ce soit pour les utilisateurs ou bien pour les moteurs de recherche.

De part le potentiel qu’elle présente, il est important de ne pas l’écarter de sa stratégie SEO, loin de là. De plus, il est essentiel de définir sa fonction première dès le départ avec le choix d’un mot-clé généraliste afin d’orienter le contenu présenté de façon cohérente.

Comme relayé par Abondance, Google a annoncé sur son blog destiné aux webmasters la possibilité de mettre en place de nouvelles balises de type Events pour signaler des changements liés au Coronavirus.

En raison de l’épidémie de Coronavirus qui frappe actuellement le monde, plusieurs événements ont été repoussés, reprogrammés voire annulés. Alors que de nombreux organisateurs avaient déjà lancé leur campagne de communication autour de leur événement, les dates précédemment communiquées n’étaient plus valables et continuaient à circuler sur le net. C’est le cas notamment des données structurées de type Events qui permettent de signaler à Google l’existence d’un événement afin de proposer un aperçu personnalisé dans les pages de résultats de recherche.

 

Google annonce une adaptation de la balise Events

 

« Dans l’environnement et l’état actuel de COVID-19 dans le monde, de nombreux événements sont annulés, reportés ou remplaçés par un format en ligne uniquement. Google souhaite montrer aux utilisateurs les informations les plus récentes et les plus précises sur vos événements dans cet environnement en évolution rapide, et nous avons donc ajouté de nouvelles propriétés à notre documentation pour vous aider. Ces propriétés s’appliquent à toutes les régions et langues. Cela fait partie de nos efforts globaux de mise à jour des schémas pour soutenir les éditeurs et les utilisateurs. »

Google, 17 mars 2020.

 

En somme, c’est au niveau de la propriété « eventStatus » de schema.org qu’il va falloir se tourner. C’est cette dernière qui permet de signaler lorsqu’un événement est annulé, reporté ou reprogrammé. Ainsi :

 

  • Lorsqu’un événement est annulé : il faudra configurer le eventStatus en « EventCancelled » alors que le « startDate » permettra d’indiquer la date d’origine de l’événement.
  • Si l’événement est repoussé, mais que la nouvelle date est inconnue : Google recommande de conserver la date d’origine jusqu’à ce qu’une nouvelle date soit définie. Il faudra configurer le « eventStatus » en « EventPostponed ». Une fois la nouvelle date connue, il suffira de le reconfigurer en « EventRescheduled » et mettre à jour les dates de début (startDate) et de fin (endDate).
  • Si l’événement est repoussé à une date ultérieure : il suffira de mettre à jour les dates de début et de fin, de basculer l’événement en « EventRescheduled » et définir une « previousStartDate » (date précédente).
  • Si un événement en présentiel est transformé en événement uniquement en ligne : il sera possible d’indiquer l’état « EventMovedOnline ». Dans ce dernier cas, il est possible de définir le type de l’événement comme événement (VirtualLocation) ainsi que le mode de participation de l’événement (« OnlineEventAttendanceMode » au lieu de « eventAttendanceMode »).

 

Pour les personnes souhaitant accéder à des informations supplémentaires, Google redirige vers sa documentation en ligne pour les développeurs.

Ça y est, le premier trimestre est passé et la nouvelle année est bien lancée : si opter pour le référencement naturel fait partie de vos projets de webmarketing (en refonte ou création de sites internet), il est temps de se pencher un peu plus précisément sur la question.

Voici les tendances qui devraient faire l’année 2020 en termes de SEO (Search Engine Optimization ou optimisation pour les moteurs de recherche) pour optimiser votre stratégie digitale.

 

Le contenu optimisé

 

Dès lors que les pages d’un site internet ont été optimisées d’un point de vue technique, c’est le contenu de très haute qualité qui va faire la différence pour vous permettre d’obtenir des résultats. En effet, il est impossible d’obtenir des performances élevées en termes de SEO sans un contenu à forte valeur ajoutée.

 

Qu’est-ce qu’un contenu de qualité ?

 

S’il était déjà l’une des priorités pour améliorer son référencement sur les moteurs de recherche en 2019, le contenu sera tout aussi important en 2020.

Pour ce faire, il est nécessaire de comprendre ce à quoi se rapporte un contenu de haute qualité du point de vue des moteurs de recherche. Un contenu de haute qualité fait référence à un contenu :

  • Compréhensible pour tous les publics,
  • Rédigé de façon claire et de forme grammaticale correcte,
  • Qui apporte une réponse précise à une préoccupation d’un utilisateur,
  • Mais également un contenu structuré, intéressant et qui sera potentiellement relayé.

En effet, le contenu d’un site web doit être totalement adapté aux utilisateurs à qui il s’adresse. Il doit donc l’intéresser, lui apporter une réponse et l’inciter à parcourir les autres pages du site web pour compléter sa recherche ou à le partager à sa communauté.

 

Construire une ligne éditoriale adaptée à votre cible

À ce niveau, la stratégie de contenus (marketing de contenu) doit être pensée pour répondre à cet objectif. Mener sa stratégie éditoriale en définissant, dès le départ, des groupes thématiques va permettre de mettre en place une structure qui permettra de répondre aux besoins de vos utilisateurs.

Il faut également préciser que la prise en compte de l’intention de recherche d’un utilisateur (quelle est la motivation de leur recherche ?) pourra influencer votre travail si votre volonté est de développer votre présence sur les moteurs de recherche.

Les données structurées

Cette notion ne date pas d’aujourd’hui. Toutefois, Google a beaucoup communiqué à son sujet en 2019. Le géant américain a même décidé d’ajouter des rapports et outils d’analyse au sujet des données structurées sur la Google Search Console.

Les données structurées pour qualifier votre contenu

Les données structurées, comme leur nom l’indique, permettent de faciliter la compréhension d’une page par les moteurs de recherche. Dans les faits, il s’agit de communiquer des informations au sein d’une page web pour que ces dernières soient lues par les robots et facilitent la restitution des informations dans les pages de résultats.

Les données structurées sont généralement présentes dans un script de type JSON-LD qui devra être placé dans la balise « head » de ses pages web. Les données structurées sont modulables en fonction du contenu de la page : est-ce qu’il s’agit d’un article d’actualités, est-ce qu’il s’agit d’une page de présentation de produit ou bien d’une recette de cuisine ? Les différents schémas sont régis par le site schema.org.

Selon le type de schéma de données structurées sélectionné, il va être possible de mettre en avant des informations comme :

  • le nom de son entreprise,
  • ses informations de contact,
  • la date de publication d’un article,
  • le prix d’un produit,
  • ou le nombre d’étoiles de notation,
  • Et bien plus encore.

 

Les données structurées n’amélioreront pas votre positionnement

Attention, les données structurées ne permettent pas d’améliorer son positionnement dans les pages de recherche. Leur intérêt consiste à y augmenter sa visibilité. En ce sens, il n’est pas question de positionnement, mais bien d’affichage.

Une page web, dont les données structurées ont été parfaitement communiquées, pourra postuler à l’affichage de résultats enrichis dans les SERP. Ceci permettra d’attirer l’oeil des utilisateurs avec un affichage qui démarquera votre lien des autres.

Cette visibilité supplémentaire apportée par les données structurées sera l’un des éléments importants des stratégies de référencement naturel en 2020.

Webdesign site internet

 

L’expérience utilisateur (ou UX Design)

 

Une influence grandissante aux yeux Google

En 2019, Google s’est montré particulièrement insistant quant à l’optimisation de l’expérience utilisateur des sites web. Parmi les innovations, le user-agent de la Search Console est passé en priorité mobile et Google Chrome a également abordé l’idée d’un badge pour désigner les sites lents à charger.

Ces évolutions dénotent toute l’importance que l’expérience utilisateur va représenter à l’avenir. En effet, elle fait partie des facteurs qui pourraient bien devenir influents pour le référencement naturel ces prochains mois. Pour rappel, elle concerne l’ensemble des éléments qui vont influer, de façon négative ou positive, sur la navigation d’un utilisateur sur une page web.

Le travail de l’expérience utilisateur intervient à chaque étape de la création de site internet. Il va donc être important pour mener à bien sa refonte ou sa création de site internet de tenir compte de ce facteur.

Un site construit pour l’utilisateur

L’expérience utilisateur doit être particulièrement soignée afin de faciliter l’accès à l’information présentée par le site web. Ceci est vrai que ce soit au niveau de la construction de l’arborescence du site ou de la structure même des pages. L’expérience utilisateur se mesure également par la capacité des pages web à maintenir l’utilisateur sur le site en proposant des contenus additionnels et qui seront susceptibles de l’intéresser.

Bien sûr, des facteurs plus techniques comme la définition d’un webdesign responsive du site (adapté à tous les supports), la vitesse de chargement ou encore l’accessibilité seront également à prendre en compte.

Le netlinking

En référencement naturel, ce qu’il se passe en dehors du site web est aussi important que ce qu’il se passe sur le site : cela est aussi vrai pour le SEO que pour la communication de son entreprise. Comme depuis plusieurs années désormais, développer une stratégie de netlinking sera encore l’une des clés d’un bon référencement en 2020.

Pour rappel, obtenir des backlinks (liens externes) vers son site web va permettre d’améliorer l’autorité du domaine de son site ainsi que l’autorité des pages de son site web. Cette notion d’autorité fait partie des critères de classement de Google. C’est pourquoi créer un écosystème autour de son site internet reste encore important pour améliorer la visibilité de son site web sur les moteurs de recherche.

En revanche, Google est tout particulièrement attentif à la création des liens externes et notamment par rapport aux pratiques qui pourraient s’apparenter à du spam visant à fausser l’interprétation de son algorithme.

C’est pourquoi, créer des liens externes vers son site doit être pertinent et avoir du sens. Viser des liens de qualité et au profil soigné (thématique de la page cohérente, type d’ancre de lien, etc.) sera également l’une des priorités de sa stratégie de construction de liens.

Référencement local

 

Le référencement local

Les années passent et il est de plus en plus difficile de se positionner sur des requêtes fortement concurrentielles sans de gros moyens. De plus, depuis que Google a ouvert la voie au référencement local avec Google My Business, viser un positionnement local fait partie des priorités et le sera encore durant l’année 2020.

La présence de son entreprise dans le local pack de Google My Business est une réelle opportunité pour améliorer sa visibilité dans les pages de recherche. Créer des actualités, obtenir des avis, mettre sa fiche Google My Business à jour ou même ajouter des photos sont autant d’actions qui vont développer votre visibilité sur cette plateforme.

De plus, le positionnement local va permettre d’être visible auprès d’une cible géographique tout particulièrement pertinente. En effet, le SEO local va vous permettre d’atteindre des utilisateurs qui seront géographiquement proches de vous et donc plus à mêmes de devenir des prospects.

Enfin, travailler son référencement local du point de vue des résultats organiques est certainement l’une des voies qui vous permettront d’obtenir la meilleure visibilité pour votre site internet grâce aux moteurs de recherche en 2020.

Barry Schwartz, du site Search Engine Roundtable, a fait savoir que Google avait commencé à mettre en avant des vignettes pour prévisualiser des fichiers PDF dans les résultats de recherche mobile.

 

Des vignettes pour les PDF dans les SERP

Source : capture d’écran proposée par Barry Schwartz sur le site SEO Round Table.

Aux États-Unis, Google semble avoir décidé d’afficher des vignettes d’illustration des documents PDF présents dans son index directement dans les pages de résultats de recherche (SERP). La vignette, définie à partir de la présentation du document, serait disposée à droite de la méta description et serait accompagnée du nombre de pages, ainsi que de la taille du document.

En termes de visibilité, cette vignette pourrait constituer un avantage assez conséquent et pourrait encourager les auteurs à demander l’indexation et optimiser leurs fichiers PDF pour le référencement naturel.

Toutefois, cette fonctionnalité semble, pour l’instant, n’être disponible que sur mobile. Par ailleurs, et comme le constate Abondance, elle ne semble pas encore avoir atterri sur le sol français, malgré des tests effectués.

Abondance a relayé une étude menée par Ignite Visibility, entreprise spécialisée dans le domaine des moteurs de recherche. L’étude porte sur la recherche web et est basée sur 500 répondants interrogés sur leurs habitudes de recherche sur le Web.

Le sondage est donc basé sur un panel de 500 répondants âgés entre 25 et 60 ans. La question globale posée est : qu’est-ce que les utilisateurs des moteurs recherchent et avec quel niveau de précision ces résultats répondent à leur intention de recherche ?

Les résultats sont basés sur des réponses d’utilisateurs issus du monde anglophone, il faut donc garder une distance par rapport aux chiffres avancés. Toutefois, l’enquête menée par Ignite Visibility a permis de dégager différentes tendances au niveau de la recherche web.

 

Recherche Web

 

Parmi les chiffres clés :

 

  • 85,2% des répondants préfèrent cliquer sur des résultats organiques que sur des liens sponsorisés, alors que 66,7% ont affirmé que si Google augmentait le nombre de liens sponsorisés, ils utiliseraient moins le moteur.
  • 55% des répondants préfèrent voir un contenu écrit dans les résultats de recherche, malgré le développement des contenus vidéos et images.
  • 62,1% des interrogés ne savent pas pourquoi ils sont concernés par certaines publicités sur Google.
  • La plupart des répondants consultent au moins trois résultats avant de décider de cliquer sur un lien dans les pages de recherche.
  • La majorité des utilisateurs (55%) clique vers des sites de marques qu’ils connaissent, alors que 44,9% n’attachent pas réellement d’importance au fait de connaître ou non la marque.
  • 62,9% des répondants affirment que la meta description est l’élément qui possède le plus grand impact sur la décision de cliquer sur un lien plutôt qu’un autre.
  • 72% des répondants affirment que Google apporte généralement des réponses à leurs questions dans les pages de recherche.

 

L’étude complète est disponible sur le site web de Ignite Visibility.

Alors que Google avait informé les webmasters que l’index Mobile-First serait appliqué dans les 6 mois à 1 an, le géant américain a informé que la transition serait effective à partir de septembre 2020.

C’est cette fois-ci via un article sur le blog destiné aux Webmasters que Google a communiqué sur le sujet. Après avoir indiqué aux propriétaires de sites web que l’index Mobile-First serait appliqué dans les 6 à 12 mois, le géant de la Moutain View s’est exprimé plus largement sur le sujet.

Tout d’abord, Google informe que 70% des sites apparaissant dans les résultats de recherche ont déjà été passés en index Mobile-First, une très grande majorité donc. Par ailleurs, il affirme que 100% des sites web seront indexés via Mobile-First à partir de septembre 2020. D’ici là, Google déclare que chaque site sera impacté par ce changement, dès lors qu’il sera considéré comme prêt.

Google estime que la transition pourra être plus ou moins longue selon le site. Dans tous les cas, une augmentation du crawl des pages sera observable durant cette période. Le géant américain affirme également ne pas abandonner le Googlebot sur ordinateur. Toutefois, celui-ci ne sera utilisé qu’occasionnellement.

 

Priorité au responsive design

 

« Notre ligne de conduite sur la façon de faire des sites web adaptés pour l’indexation mobile-first est pertinente aussi bien pour les nouveaux sites que pour les existants. En particulier, nous recommandons de faire en sorte que le contenu présenté soit identique (texte, images, vidéos, liens), que les meta données (titres et descriptions, robots meta tags) et que toutes les données structurées soient les mêmes. Il sera bon de vérifier cela lorsqu’un site est lancé ou redéfini significativement. »

Google, Blog destiné aux Webmasters.

 

Afin de faire en sorte que votre site web soit parfaitement prêt pour l’indexation mobile-first, Google recommande de faire l’usage de l’outil d’inspection d’URL de la Search Console. En effet, ce dernier permet d’observer et d’analyser les versions mobiles et sur ordinateur de votre site web. Le moteur de recherche encourage également les webmasters à utiliser un user-agent mobile sur les différents outils utilisés.

Enfin, Google recommande l’utilisation du responsive design pour les nouveaux sites aux dépens des versions séparées mobiles et ordinateurs avec différentes URL de part la confusion qu’elles entraînent pour les moteurs et les utilisateurs.

Il y a aujourd’hui de grandes chances que vous soyez déjà passé à l’indexation mobile-first. Or, si ce n’est pas le cas, des dispositions doivent être prises pour faciliter la transition aux yeux de Google et ne subir les foudres du moteur de recherche.

Le moteur de recherche américain continue ses expérimentations et ajustements pour toujours mieux organiser l’information sur le Web. Au programme :

 

  • Les balises de type How To sur les assistants vocaux prises en compte par l’outil de test des données structurées,
  • Google a mis à jour ses guidelines concernant les F.A.Q,
  • Google teste actuellement des cartes d’informations personnelles en Inde.

 

Les balises How To prises en compte par l’outil de test des données structurées

 

Google a annoncé via Twitter que les balises de type » How To » (comment faire) étaient prises en compte au sein de son outil de test données structurées. Il permet même d’observer la manière dont les résultats seront visibles sur des assistants tels que Google Home Hub qui dispose d’un écran, par exemple.

Les données structurées de type « How To » permettent de baliser des contenus qui apportent une réponse de type pratiques à certains interrogations tels que des tutoriels.

 

Données structurées How To

Capture d’écran proposée par Google.

 

Google a mis à jour ses guidelines concernant les données structurées de type F.A.Q.

 

Google a effectué une mise à jour de ses guidelines de données structurées pour les F.A.Q. en vue de limiter le contenu dupliqué. En effet, dans le cas où plusieurs pages de votre site web présentent la même Foire aux questions avec les mêmes questions et réponses, il faudra baliser uniquement une référence pour l’ensemble du site web.

Selon Blog du Modérateur, un non respect de ce principe pourrait être sanctionné d’une perte d’éligibilité de votre site web aux résultats enrichis proposés par le moteur de recherche. Ceci a pour objectif de l’alléger les SERP en évitant que certains sites ne prennent trop de place.

 

Des cartes d’informations personnelles en test en Inde

 

D’après Android Police, relayé par Abondance, Google est actuellement en train de tester une fonctionnalité permettant de « gérer des informations personnelles afin de les voir s’afficher dans une « carte » similaire à un Knowledge Graph ». Cette fonctionnalité pourra être accessible à tous les utilisateurs du moteur de recherche avec la création d’une page « à propos de moi ».

Cette carte pourrait proposer des informations telles que les coordonnées, le parcours professionnel, la formation et bien plus encore. Toutefois, il est précisé qu’il s’agit pour l’instant d’un test et ce dernier est pour l’instant limité à l’Inde.